Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 12:34

Le vieillissement de la population est une réalité à laquelle nous sommes tous et toutes confrontés chaque jour. Le vieillissement est un sujet de plus en plus évoqué dans les médias, par les acteurs politiques, dans le monde associatif et au sein même des familles. On parle toujours du coût de la dépendance mais beaucoup plus rarement des opportunités en créations d’emplois offertes par le vieillissement.

Au-delà des problématiques bien réelles qu’il pose, le vieillissement des sociétés pourrait être considéré comme une chance à saisir : les Pouvoirs Publics commencent ainsi à percevoir tout l’intérêt que l’économie pourrait retirer du vieillissement de la population : la silver économy : l’économie des cheveux argentés, une économie annoncée comme prometteuse.

La Silver économy englobe aussi ceux qu’on appelle les seniors actifs de la génération des baby boomers, et qui arrivent aujourd’hui à la retraite. Ces seniors-là, les 60-75 ans, qui disposent souvent d’un pouvoir d’achat confortable auront des besoins bien spécifiques, en particulier dans les domaines des loisirs, du bien-être, de l’alimentation ou de l’équipement de la maison. Toutefois, le périmètre de la silver économy ne se limite pas au grand âge et à la perte d’autonomie : les jeunes seniors constituent une population nouvelle dont les comportements, les envies, les besoins sont encore trop peu pris en compte. Il est vrai que les projections démographiques ouvrent normalement de grandes perspectives à cette économie du vieillissement :

Problématiques et enjeux

Aujourd’hui nous sommes à l’aube d’un choix stratégique concernant la population des seniors. En choisissant de s’investir sur la silver économy c’est un modèle de territoire où toutes les générations pourront vivre ensemble et dans lequel il sera possible de bien vieillir dans un environnement favorable, riche en activités et en relations humaines. Cette mutation doit s’opérer autour du vieillissement: la proximité est une caractéristique essentielle des actions qui favorisent le bien vieillir.

  • La mise en place d’une politique du vieillissement n’a de sens que dans sa déclinaison concrète sur des lieux de vie.
  • IL est important qu’une prise de conscience s’opère sur la nécessité de mettre en place une vraie politique active en matière de vieillissement et de bien vieillir.
  • Le vieillissement peut devenir un atout à la condition que l’on acculture la société, les usagers à changer de regard sur leur propre vieillissement pour en faire une opportunité de développement.

Du fait du vieillissement de la population, la demande d’aménagement du domicile, de produits et de services liés à l’autonomie devrait doubler en l’espace d’une vingtaine d’années : concevoir, modifier, créer des offres de produits et des services adaptés aux publics spécifiques que sont les seniors et ce, dans tous les secteurs de la consommation courante.

Nombreux sont les secteurs d’activité qui pourraient bénéficier de la mutation : la robotique de service, les services et commerces de proximité, les artisans du bâtiment, l’industrie, l’agroalimentaire, celle des loisirs, l’équipement des foyers, le secteur de la santé, …

Pourquoi s’intéresser à cette question ?

Plusieurs facteurs mettent nécessairement en évidence l’intérêt de créer les conditions du bien vieillir :

Maintenir la présence, voire attirer les seniors retraités sur un territoire constitue un enjeu fondamental :

La présence croissante des seniors sur un territoire peut constituer un facteur de développement très important pour l’économie. Ils sont en effet souvent plus sensibles que les générations qui les suivent aux produits du cru, privilégiant leur ville, leur quartier aux longs déplacements. Les seniors font travailler en effet, les commerçants locaux dans une proportion plus élevée que les ménages actifs. Ils contribuent à favoriser l’économie dite « présentielle ».

Favoriser « le bien vieillir » et accompagner ainsi jeune ou plus âgé dans un vieillissement aussi réussi que possible : L’objectif est de mettre en œuvre des solutions qui permettent aux usagers de rester autonomes longtemps parce que tout l’environnement a été pensé pour répondre à ces attentes. Cela nécessite de s’intéresser à des très nombreux sujets parmi lesquels, on peut citer (sans être exhaustif) :

  • La mobilité : adaptation des modes de transport, confort des véhicules, …
  • Les aménagements urbains : largeur des trottoirs, signalétique, cheminement piétonnier, …
  • L’offre de loisirs : adaptation des contenus des prestations (activités sportives, loisirs culturels, …, adaptation des horaires des programmations, adaptation des lieux et des moyens d’accès, offres intégrées (transport et prestation), …
  • Les services de proximité : les commerces (présence, adaptation des lieux, services de livraison, …), les services à domicile, à la personne, …
  • La santé : les acteurs, leur coordination, …
  • L’habitat : son adaptation, les alternatives proposées, …

L’enjeu principal consiste donc d’engager une réflexion globale sur l’environnement favorable du bien vieillir, en organisant la concertation et en favorisant la coordination d’actions communes entre professionnels (entreprises de services à la personne par exemple, …), usagers et services

Dans ce contexte, cela engendrera la revitalisation de quartiers, développera l’économie présentielle et permettra de tirer finalement un parti intéressant du phénomène du vieillissement pour le bénéfice de tous.

Il s’agit donc de ne pas s’arrêter à des politiques qui visent le maintien à domicile des personnes âgées, mais bien de rechercher d’abord les moyens d’éviter leur isolement et leur solitude, en leur facilitant l’accès à une vie sociale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicole Barbin
commenter cet article

commentaires